Marthille, où la Nied française prend sa source

logo du site
  • Marthille,
  • Marthille,
  • Marthille,
  • Marthille,
  • Marthille,

Accueil du site > Histoire > la Chapelle

la Chapelle

Sur la route menant de Marthille à Villers sur Nied, juste à la sortie du village, sur la droite on aperçoit un bâtiment.

C’est la chapelle saint Jean.

clocher de la chapelle Selon une légende, cette chapelle aurait été érigée par un comte pour les beaux yeux d’une demoiselle.

Au Xè siècle, à l’époque de la chevalerie, le comte de Destry régnait sur la région. Mais il n’était pas très aimé de la population car il effrayait les jeunes filles. Certaines étaient même enlevées. La population en attribua la faute au comte qui, selon les rumeurs, les retenaient prisonnières dans la forteresse.

Un jour, alors qu’il chassait, il aperçut une jeune fille se baignant les pieds. Il la trouva parfaite et en tomba amoureux.

Celui-ci la demanda en mariage, mais elle ne lui accorda pas même un regard. Fou de rage, il l’enleva et l’enferma dans une tour, interdisant l’entrée à toute autre personne que lui. Il ne se lassa pas de lui rendre visite chaque jour. Un jour qu’il lui demandait pardon, elle lui tendit la main. Elle accepta de devenir son épouse à condition qu’il eut, de ses mains, construit une chapelle dédiée à Saint Jean Baptiste, à l’endroit qu’elle lui indiquait.

Le comte se mit à l’ouvrage, et deux ans plus tard, lorsque la chapelle fut terminée, ils se marièrent.

Mais la comtesse tomba malade, mourut rapidement. Le comte, abandonna ses biens et disparut.

Quelques temps plus tard, un religieux vint s’installer sur les lieux et construit une cellule.Il portait constamment un capuchon baissé sur son visage.

La légende ne précise pas si c’est le comte qui décida de revenir incognito sur les lieux.

Lors de la fête de saint Jean Baptiste, les fidèles se rendaient en procession à une messe célébrée dans la chapelle.

dans un ecrin de verdure

C’était une grande fête avec des stands, de chapelets et confiserie.

C’était courant, d’entendre le son de la cloche, mise en mouvement par les jeunes.

Aujourd’hui, elle est à l’abandon.

C’est une chapelle privée.



Site réalisé en SPIP pour l'AMRF